L’effet mouche

Aujourd’hui je voulais vous parler d’une découverte phénoménale ! L’effet mouche. Vous connaissez l’effet mouche ou pas ?
C’est cet état où l’on bute contre un truc. Une pensée, une émotion, une situation, un problème. Un truc « concret » quoi !

Quand vous êtes fixé.e sur le problème, sans rien voir d’autre que le problème.

La mouche quand elle voit une fenêtre, elle fonce dedans, et elle donne tout ce qu’elle a. On ouvre la fenêtre, mais elle continue. Elle voit la liberté du monde extérieur et elle est emprisonnée à l’intérieur.

Est-ce que vous vous reconnaissez ? On choisit de continuer de foncer dans la vitre, de buter contre ça. Et on perd toute notre énergie à lutter.

Est-ce que vous avez déjà essayé de faire un pas de côté ? Ou essayer de vous poser deux secondes pour faire disparaître cette fenêtre ?

Les P’tites Questions :
Quelles sont les choses dans votre Vie où vous êtes cette mouche ?
L’expression « faire mouche », ça veut dire « atteindre son objectif ». Vous visez quoi? La fenêtre ? L’ouverture ?

Maintenant, que faire quand on est en mode mouche ?

J’ai 2 possibilités pour aller mieux dans ce cas-là.

1 – J’accueille mes ressentis

On comprend le problème grâce à l’émotion ressentie. Ou à la sensation. Parce qu’un problème, en fait, c’est juste une occasion d’apprendre quelque chose de soi.

  • Je me sens… triste, pas respecté(e), je me sens trahi(e), je me sens pris(e) dans une spirale infernale, etc… »

Et je fais de la place pour cette sensation. Je plonge dedans consciemment et je discute avec elle, avec cette part de moi.

Quand vous êtes en lien avec cette partie blessée, vous pouvez lui demander ce dont elle a vraiment besoin. D’espace, d’être écoutée, d’être accompagnée. La plupart du temps, elles ont besoin d’être reconnues dans leur souffrance tout simplement.

Est ce que vous pouvez juste écouter ce qu’il y a en vous?
Si non, pourquoi ?
Quelles sont les peurs ou les sentiments qui viennent quand vous pensez à ce problème ?

L’accueil. Accueillir toutes les sensations qui viennent. Comme ça, le truc qui demande à s’exprimer s’exprime jusqu’au bout.

2 – Je demande de l’aide

Quand je suis accompagné, c’est plus simple de ressentir, d’avancer.
Parce que si je me perd avec mes ressentis, le thérapeute en face continue de suivre à distance. Tout en restant 100% avec moi.

Il ou elle voit la scène de plus loin, avec plus de perspective. Contrairement à nous qui avons parfois la tête dans le guidon. C’est pour ça que ma solution préférée, c’est la Thérapie Intuitive.

Un accompagnement à l’écoute de mes parts blessées, de mes ressentis et blocages. L’intuition est tellement juste, à chaque fois. Et puis, on a tous besoin d’un coup de main parfois, c’est ok.

Personnellement, ça me permet de vraiment sortir de mes schémas limitants sans me battre contre moi-même. C’est le moment que je prends pour oser être vulnérable et avancer.

Vous avez déjà osé demander de l’aide pour avancer ?

Théo Gilbin

Laisser un commentaire